La parabole des talents

La vue de l’homme fixée sur ce sol est courte. Devant l’Infini, il se perd, marche à pas lents pour trouver ce qui lui est caché. Cependant son intelligence l’éblouit. Mais qu’est-elle à côté de Celle qui est Universelle et dont il dépend ? Il ignore pourquoi il vit, aime, souffre et meurt, quand il voudrait jouir d’une existence longue et heureuse.

Errant révolté ou résigné, prisonnier accablé en ce monde, dans cet état désolant il ne consulte pas son Créateur. Il est sans hautes aspirations, il demeure dans sa chair sans vouloir Le connaître et L’aimer. Puisqu’il ne peut agir par lui-même pour changer le cours de ses jours, qu’il se confie à Dieu. Alors un éclair du Ciel illuminera son esprit. Quand l’homme, par un sursaut intérieur, veut redevenir l’Enfant de Dieu qu’il était à sa naissance spirituelle, Dieu vient à lui, et l’homme en toute chose reçoit le Divin.

Ses luttes ne sont plus un fardeau pesant. L’Espérance lui apporte ses bienfaits. Il regarde son avenir avec confiance. Le Soutien de Dieu lui est acquis.

L’homme n’apporte à l’homme que des probabilités, et Dieu des Réalités providentielles, inépuisables.

Progressivement, il devient le surhomme. Il conçoit comme s’il vivait au-dessus de la Terre. Il admet qu’on ne peut avoir la Connaissance et le Bonheur que par son Créateur. Ainsi est-il prêt à monter la Route bénie, entouré d’esprits supérieurs qui lui apporteront les Lumières du Ciel.
Au lieu d’aller de l’avant pour souvent, ensuite, retourner en arrière, le chemin de ses activités quelles qu’elles soient, se tracera droit, pur, lumineux. Il se sera conquis lui-même , et grande sera sa joie.
Car, au lieu d’être l’homme d’hier isolé, désabusé, il sentira autour de lui des Soutiens de plus en plus bienfaisants. Il ne doutera plus que Dieu est Présent à ses côtés, d’une manière qui lui semblera toute naturelle et combien réconfortante !

Alors, dans des moments qui ne seront pas d’ici-bas, l’homme nouveau qu’il est devenu lui rappellera celui qu’il était hier. Frappé des différences entre ces deux états, il aura le Bonheur inexprimable d’être à jamais redevenu l’Enfant de Dieu.

L’Enfant de Dieu est bien celui dont la vêture n’est plus de la Terre. Il n’a pas eu le choix entre celle d’ici-bas et celle d’En-Haut. Quand son Âme a parlé, il l’a reçue des Mains de Dieu.

Amour de Dieu Vous êtes toujours Présent à côtés de Vos Enfants, et quand ils sont arrivés à la hauteur que Vous désirez, Père Attentif et Bon, Vous leur dispensez ce qui leur est nécessaire. Il n’y a pas de jour, il n’y a pas d’année, seul Vous touche l’élan d’un cœur filial qui a retrouvé son Père. Tous les hommes attendent quelque chose d’inimaginable pour être heureux quand ils n’ont qu’à Vous demander, avec une foi profonde, cette félicité à laquelle ils aspirent, ce qu’ils ne font, hélas, qu’après avoir bien souffert.

L’homme n’est véritablement rien par lui-même, il n’est que par Dieu.

Ce contenu a été publié dans Paraboles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.