Le Véritable Sens de la Vie

En ce monde, où le Mal a la plus large part de réussite, on peut se demander si le Véritable Sens de la Vie est dans le Bien.

Pour la société moderne, le Bien n’a qu’une valeur relative, au lieu d’en être l’objet, le but essentiel.

Ainsi, celui qui se soumet aux rigueurs du Bien se trouve victime parce qu’il n’a pas voulu se plier aux malhonnêtetés de la vie courante : grave symptôme qui caractérise nettement notre époque décadente.

Luttons donc de toutes nos forces contre le courant funeste de la vie actuelle ; tourmente démoniaque qui nous tue de plus en plus physiquement et moralement dans les Ténèbres où nous errons.

N’ayons plus le mépris du Bien, mépris qui fait le pouvoir du Mal sur la Terre.

Ne servons plus les desseins de Satan qui nous conduisent à la Mort.

Le Mal ne sera jamais Lumière ; car toute Lumière est Vérité, toute Vérité est du Ciel. Il ne peut prétendre à pareil privilège, lui qui ne répand que l’erreur.

Docile agent du Ciel, le Bien est le Gardien éternel de l’Harmonie Universelle et le substratum de toutes les vertus qui doivent présider aux destinées humaines.

Examiné dans son application morale, le Bien est opposé aux conceptions modernes de la vie ; cependant qu’il reste admis par la conscience pure. Seul, il nous fait entrevoir notre Avenir céleste, car il éclaire l’être. Puisqu’il mène à toutes les vertus et à la croyance en Dieu, il s’impose comme l’artisan du Bonheur terrestre en établissant les lois indispensables à l’épanouissement de la foi et de l’Amour.

Le Bien, lien entre Dieu et les hommes, sur eux attire les Grâces du Christ, le Divin Sauveur Eternel, le Modèle pour les êtres ici-bas en travail d’évolution, le Berger incomparable qui doit les conduire aux Célestes Demeures.

Méritons Son Aide et Sa Protection.

Aimons et cultivons le Bien pour l’Amour du Bien. Nous travaillerons ainsi au rapprochement du Ciel et de la Terre, car nous aurons vaincu le Mal.

C’est le triomphe du Bien sur le Mal qui nous montre la valeur du Bien, par le Bonheur et la Paix qu’il dispense. Car le Mal un jour ou l’autre, par son choc en retour sur nous, ne nous réserve que cruelles souffrances.

Soyons les esclaves du Bien, doux esclavage. Les vrais Enfants du Ciel, ceux qui aiment, adorent Dieu par la beauté et la pureté de leurs actions, font du Bien l’unique but de leur vie.

Si le Bien, dans son action, n’a pas de valeur intrinsèque, il ne peut utilement diriger les hommes, la confusion en résulte qui fait le malheur de toute société civilisée.

Il faut prendre le Bien comme l’unique moyen de compréhension de la parfaite Justice, du parfait Amour, de la Vertu, de la Croyance en Dieu qu’exigent nos responsabilités : La Raison l’affirme.

Si l’esprit nie cet axiome, il transgresse les Lois divines et la Terre glisse vers l’abîme. Voilà où nous en sommes aujourd’hui.


Ce contenu a été publié dans Autres fondements, Idées, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.