Le plus grand des commandements

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Matthieu XXII/37 à 39.)

Aimer Dieu, comme le dit le Christ, c’est L’aimer avant toute chose, avant toute créature, nous attacher à Lui par toutes les fibres de notre cœur, par toute la puissance de notre intelligence, de toutes nos forces morales et physiques. Mais pour quelle raison faut-il L’aimer, Lui, d’abord ?

Il est notre Créateur, c’est Lui qui nous a donné la Vie. Il est la Vie non seulement en nous, mais partout. Il nous est donc impossible de nous passer de Lui. C’est pourquoi Il doit être le Premier dans notre cœur, dans notre pensée et notre seule raison de vivre. En L’aimant, nous cherchons à Le comprendre, à approfondir Sa Vie et nous nous ouvrons le Chemin qui va à l’Eternité où tout est Béatitudes. Et plus nous L’aimons, plus nous sommes avec Lui, plus nous découvrons la joie de vivre, car le Bonheur qui vient de Lui, notre Père, est infini. N’est-ce pas la Vérité, puisque Dieu est la Perfection ? Il ne peut être que Bonté, Douceur, Mansuétude, Sollicitude, en conséquence Félicité.

C’est l’Ame qui nous Le révèle ainsi. C’est elle, parce qu’elle est divine, qui nous fait sentir de qui elle est issue : Dieu, l’Etre le plus Grand, le Maître de l’Univers. Rien n’arrive sans qu’Il le sache. Il connaît le passé, le présent, l’avenir. Il est tout cela pour tous, et Il est pour chacun l’Etre immense qui l’aime et qui rayonne l’Infini.

Si nous étions bien pénétrés de cette Vérité, nous nous consacrerions à Lui. Nos activités, quelles qu’elles soient, matérielles, intellectuelles, sentimentales, convergeraient vers Lui. Ce serait, par cela même, garder les Paroles du Christ qui nous a apporté, par Sa Vie et Ses Enseignements, des Lumières que nous ne discernons pas encore. Si nous lisions les Evangiles, non pas avec nos yeux de chair, mais avec ceux de l’Ame, ils éveilleraient en nous des échos merveilleux, des élans qui nous transporteraient d’Amour pour notre Père Eternel que le Christ nous a montré comme le Seul Etre Souverain dans tous les domaines.

C’est cette Souveraineté du Créateur qu’il nous faut reconnaître, en répandre l’Idée par nos paroles, nos actions, en un mot par notre vie entière. Car si nous déclarons : « J’aime Dieu », L’aimons-nous vraiment si nos œuvres ne sont pas en harmonie avec Ses Lois ? Il ne suffit pas de dire : « Je L’aime », il faut le Lui prouver par notre conduite. C’est beaucoup plus difficile de L’aimer de cette façon, car si nous ne vivons pas en solitaire, nous sommes obligés de nous incliner devant les lois des hommes. Nous sommes partagés entre ce que nous voudrions faire et ce que nous faisons. C’est terrible, parfois, et c’est dire à quel point nous sommes, ici-bas, contre Dieu et en dehors de Lui. Dans la société actuelle, n’est-ce-pas l’intérêt qui prime, qui guide les hommes ? Ce qui est moral passe au second plan. Et quelles sont nos responsabilités au milieu de cet état d’esprit ? Comment y vivre ? Dans la mesure de nos moyens, certes, mais aussi avec notre conscience et en cultivant les vertus pour parvenir à nous imprégner de l’Amour. S’il n’en est pas de la sorte, nous ne marcherons pas sur la Voie Sacrée, nous errerons à la recherche d’un bonheur terrestre qui n’est qu’illusion, même si nous l’avons, car il n’est que passager.

Quant aux sentiments d’affinité familiale, Dieu ne nous empêche pas d’avoir des affections profondes autour de nous, mais elles sont à étendre aux hommes en général, à la famille humaine, pour nous préparer à vivre un jour dans l’Eternité où les êtres sont frères. Ne sommes-nous pas tous les Enfants du même Père : Dieu ? Mais nous sommes loin de vivre comme Il l’attend de nous et nous n’aimons pas notre prochain autant que nous-mêmes. Cependant c’est la Loi. Si l’Amour du prochain, c’est un Amour qui n’est pas celui qu’on a pour Dieu, il nous mène à Dieu. Car aimer son prochain après Dieu, c’est le plus beau sentiment de l’homme. Tant que nous aimons Dieu et nos frères, les autres commandements s’accomplissent naturellement, car aimer de cette manière c’est le sacrifice total.

Dieu, dans Sa Sagesse et Son Amour Infinis a tout fait pour que nous soyons heureux, et cela sur les Mondes et dans l’Eternité, où nous L’aimerons jusqu’à l’Adoration.

Jésus nous l’affirme en nous assurant que le Second Commandement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » est semblable au Premier.

Il nous dévoile que nous n’avons qu’un Père, Dieu, que nous sommes tous Ses Fils et frères devant Lui. Il nous apprend qu’il n’y a qu’une Vie, la Vie Eternelle et qu’elle est le seul but de nos efforts, le seul objet de nos préoccupations, si nous désirons être heureux.

Concevons combien nous sommes redevables à Dieu, notre Père, notre Créateur, ce qu’Il nous réserve, offrons-Lui nos sentiments les plus nobles, l’adhésion la plus complète de notre intelligence, qu’Il soit pour nous le Premier, l’Unique, et notre prochain comme un autre nous-mêmes.

*

* *

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.